Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2014

conférence samedi 3 mai 2014 à 17h00: De la domination à la reconnaissance, Antilles,Afrique et Bretagne

C'est presque par hasard que nous allons être en mesure dans les deux mois qui viennent de vous proposer un genre de petit cycle de conférences sur la question de ce que d'être d'une minorité peut induire dans la façon de se penser et de se percevoir face aux systèmes dominants basés sur le dédain, le mépris et le dénigrement systématique.

Les histoires respectives des peuples et groupes confrontés à de tels systèmes (au hasard, le système colonial par exemple, mais pas que..) ont elles induits des proximités entre ceux-ci, des croisements dans les façons d'être et de penser et donc d'agir ??

Cette première conférence autour de "De la domination à la reconnaissance. Antilles, Afrique et Bretagne" ouvrage dû au travail collectif du groupe *Ermine publié aux Presses Universitaires de Rennes sous la direction de Ronan Le Coadic nous ouvre une sacrée porte sur la question. 

Je cite ici le quatrième de couverture qui pose dès lors parfaitement et très clairement ce débat:

"Peut-on envisager quelque élément de comparaison ou de mise en écho entre le destin des Bretons, des Antillais, des Africains ou des Noirs de France, ou n’y a-t-il rien de bécassine et banania.jpgcommun ? C’est à cette question peu banale que les auteurs du présent ouvrage invitent leurs lecteurs à réfléchir. Non pas en leur assénant une démonstration systématique qui viserait, point par point, à prouver ou réfuter le bien-fondé d’une comparaison, mais en procédant par petites touches. Par l’étude successive d’une série de thèmes intimement corrélés à l’expérience de la domination.

Ce livre évoque les engagements, les politiques et les représentations liées à la domination et à la colonisation ; il aborde les formes de résistance à la domination ; puis, il étudie la façon dont les dominés se pensent et dont, parfois, leurs discours se croisent ; enfin, il élargit l’horizon en traitant de la façon dont les questions de minorités dans le monde sont conceptualisées.

Pour bâtir cet ouvrage, Ermine a réuni des auteurs qui, pour les uns, sont de renommée internationale et, pour les autres, sont de jeunes chercheurs. Tous ont accepté d’apporter un éclairage singulier et documenté à une problématique originale."

 

Ils seront quatre parmi ceux qui ont collaboré à cet ouvrage (voire liste ci-dessous**) à intervenir ce samedi 3 mai 2014 à partir de 17h00...

Ronan Le Coadic lui même qui nous présentera l'objet de ce groupe de travail ainsi que cet ouvrage. C'est lui aussi qui, en guise de conclusion traitera de la question "Les bretons, des nègres blancs ?"

Entre temps Anne Cousin (Morlaix-Dakar 1944, l'histoire d'un massacre), Nathalie Caradec (Résonances...Des écrivains bretons à l'écoute des intellectuels et écrivains de la négritude et de la décolonisation) et Stéfan Moal (les Black Irish de l'île de Montserrat, au dessous du volcan...) nous auront faits par de leurs travaux et de leurs réflexions, le tout suivi d'un débat qui promet d'être riche.

La journée se poursuivra, à partir de 19h30, par un récital de poésie et en musique avec José Le Moigne, romancier et poète à la croisée des cultures bretonne et antillaise. Tous les détails sur la page suivante de ce blog. 

Ouvert à tout le monde. 

Gratuit pour la conférence, un chapeau passera le soir pour l'artiste.

*Ermine (Équipe de recherche sur les minorités nationales et les ethnicités) est un groupe de recherche pluridisciplinaire ouvert à tous les chercheurs qui souhaitent participer à ses travaux (Université Rennes 2, CRBC, ÉA 4451).

**Ont participé à cet ouvrage : Pierre Bouvier, Nathalie Caradec, Ivan Carel, Erwan Chartier-Le Floc’h, Christine Chivallon, Cédric Choplin, Anne Cousin, Ronan Dantec, Michel Dispagne, Arlette Gautier, Sharif Gemie, Edouard Glissant, Ronan Le Coadic, Olivier Le Cour Grandmaison, Annick Le Douget, Buata Malela, Albert Memmi, Stefan Moal, Juvénal Quillet, Pierre-Jean Simon, Louis-Georges Tin et Michel Wieviorka.

 

Pour votre information et pour compléter mon introduction, dans les semaines qui viennent, il sera questions à l'autre rive d'Aimée Césaire (conférence et lectures de textes le 31 mai), de Polynésie (rencontre avec l'écrivain Chantal Spitz le 1er juin) et  des zapatiste ( le 22 juin avec deux fins connaisseurs de la situation au Chiapas, Guillaume Goutte et Jérome Baschet auteur du récent "adieu au capitalisme", La Découverte).

Que des questions qui, me semble t'il (mais peut-être je me trompe), convergent quelque peu.

Retenez déjà ces dates.

Plus d'informations sur tout ça dans les jours à venir dans ces mêmes pages.

 

 

samedi 3 mai 2014 à 19h30 Poésie et chansons avec José Le Moigne...à la croisée des cultures

Comme nous l'annonçons dans la page précédente et pour faire corps avec l'esprit de la conférence qui précédera ce récital, José Le Moigne, romancier, poète et aussi musicien (entre autres choses), né de père breton et de mère martiniquaise, viendra nous interpréter ses beaux textes où s'entremêlent, au fil de ses mots et des notes de sa guitare, un univers riche de toutes ses influences..

José, on le connait ici depuis un petit moment déjà, ne serais ce qu'au travers de ses écrits superbes, romans et poésies qui trônent depuis longtemps dans notre librairie... on se souvient aussi de son josé le moigne 6.jpgprécédent spectacle ici, voici quelques années. Un mois de décembre, histoire de passer le cap de l'hiver avec ses paroles chaleureuses... on aime beaucoup ce qu'il fait et quand on aime on n'hésite pas à vous le faire partager..

Donc José (alias le breton noir. Voir son site à l'adresse suivante pour vous faire une petite idée de son travail:http://lebretonnoir.over-blog.fr) sera notre invité, accompagné de sa guitare, ce samedi 3 mai 2014 à partir de 19h30 jusque beaucoup plus tard, histoire d'enrichir encore notre réflexion sur ces possibles convergences...

Pas de réservation nécessaire, on se serrera. Prix libre, on fera passer le chapeau.... L'occasion aussi de découvrir ses livres (dont le dernier "Echos des îles) qu'il se fera un plaisir de dédicacer (et pour le même prix en plus)...le moigne 2.jpg

Donnez tout de même, dans la mesure du possible un petit coup de fil au 0298997258 ou envoyer un mail pour nous dire si vous venez, que nous puissions nous organiser en conséquence.

Pour finir, un texte de José que je trouve intéressant (pompé sur le site en question):

"Ecrire Français, penser Créole

Le poème vient du plus secret, du plus intime, du plus blessé de l’âme. Il ne s’écrit pas avec la langue du présent mais avec celle du vécu que l’on croyait oubliée mais qui circule, comme une rivière souterraine témoigne de ses anciens méandres, au plus profond de nous.

J’ai appris le monde en créole ; j’ai appris à marcher en créole ; j’ai appris à parler en créole ; la perception du monde, avec une acuité d’autant plus forte que la petite enfance est avant tout un maelstrom de sensations, me fut offerte avec les mots de la langue créole.

Et puis j’ai quitté l’île. J’avais trois ans.  Partir est hélas le sort de beaucoup de créoles. 

le moigne 1.jpgMa langue maternelle s’est effacée de mon quotidien et de ma bouche, mais pas de mon esprit. J’affirme même que si je suis poète, c’est pour continuer à penser et d’une certaine manière m’exprimer en créole, avec des mots français, mais ça ne change rien au fait.

Voilà pourquoi mon cher Igo Drané, lui le conteur, lui le marqueur des échos-monde, me dit, lorsque nous travaillons ensemble, qu’il ne traduit pas mes poèmes en créole mais qu’il les remet en forme parce que ma langue originelle est là, présente dans le repli des mots. Je pense en créole et j’écris en français. Je n’ai pas de mérite.

Cette manière de fidélité m’est nécessaire pour avancer sur mon chemin de vie et d’écriture"

17/04/2014

La grande tribu de retour le mardi 29 avril 2014 à partir de 19h00.... Signature de disque, mais le Vinyle cette fois-ci (si, si!!)

Leur dernière rencontre avec vous leur a plu et à vous aussi semble-t'il alors, à l'occasion d'une résidence de travail qu'ils ont sur Carhaix (ils nous préparent des spectacles... c'est dingue!!), ils reviennent vous voir pour vous présenter une nouvelle fois leur beau bébé joufflu... mais le Vinyle cette fois-ci, qui vient de sortir... Belle bête avec un son ! mais un son !!! Il semblerait que le vinyle fasse son grand retour parmi nous alors ils en auront quelques un avec eux (et ça coûte 22 euros un vinyle comme ça) ce mardi 29 avril à partir de 19h00... Nouvelle occasion de rencontrer une partie de la grande tribu et d'échanger sur ce beau projet autour d'un verre. Ils auront aussi les vilains CD qui sont quand même très bien... faut le dire!

Sinon je confirme qu'il ne s'agit pas d'un spectacle mais bien d'une rencontre sans façon avec des artistes en plein travail sur un projet.

Pour le reste je vous remets la dernière page que j'avais rédigée alors.

Une partie de la grande tribu vous attend à l'autre rive autour de son disque "Pedadenn"..

C'est en partie l'héritage de Youenn Gwernig que la famille, filles en têtes mais aussi petits enfants, conjoints de et amis nous invitent à partager avec ce disque et ce travail de titan.... Un message younn guernig 2.jpgd'enracinement et d'ouverture vers le grand large car Youenn Gwernig a été tout ça en même temps. Il savait trop d'où il venait pour ne pas se permettre d'aller voir les ailleurs et son oeuvre a toujours su faire le pont entre ces différents rivages... Les filles dans les bagages qui ont toujours gardées en elle ce vaste chant du monde... du Bronx au coeur de la Bretagne... du rêve américain aux rives des Monts d'arrée.... Plus dissemblable dans les années 70 on peut pas... et c'est là une des grandes richesses de l'héritage que nous avons le bonheur de découvrir à travers ce véritable travail de mémoire... Mémoire d'une famille d'une part.. de cette grande tribu qui aujourd'hui se réapproprie haut et fort une partie de son histoire propre pour la remettre à sa place, au coeur même de notre inconscience collective.. Une trentaine ils seront, en fin de compte, à mettre la main à la pâte pour faire lever ce bon grain qui sommeille, là, bien profond, en chacun d'entre nous...Et il faut reconnaître qu'à écouter ça fait le plus grand bien... Quelle belle vie que la vie renouvelée ici de ces textes écrits alors par Youenn en français, en anglais et en breton...Quelle belle énergie dans tout ça!!

Alors ce samedi 29 mars 2014.. en ce renouveau du printemps, il ne seront pas tous là (on ne saurait pas où les mettre, en fait) mais quelques uns et unes pour venir parler de cette histoire et dédicacer leur disque.. peut être pas de musique mais en tout cas une belle rencontre avec des gens bien fiers de ce qu'ils viennent de faire, et ce, avec quelques raisons.

Ce sera à partir de 18h00... il y aura au moins Annaig et Gwenola (deux des soeurs) et d'autres avec elles..et toute la grande tribu de Bretagne que nous sommes est, bien entendu, invitée à venir les rencontrer ce soir là autour du verre de l'amitié!!! 

 

youn guernig 3.jpg

Pour ceux et celles qui pour x raisons ont oublié ou ne connaissent pas, une belle occasion à ne pas manquer pour découvrir ou redécouvrir Youenn Gwernig:

"Né en 1925 à Scaër dans le Finistère. Sculpteur sur bois, il fut également sonneur de cornemuse et musicien réputé. A la fin des années 40, il sillonne la Bretagne en jouant avec ses compères Job Le Corre ou Polig Montjarret et Robert Boëdec. Youenn et Polig Montjarret mettent sur pied l’ensemble de sonneurs de la Kevrenn Kemper (ce qui deviendra plus tard le Bagad Kemper).

Début des années 50, Youenn et Suzig, son épouse (une des belles voix de Bretagne) s’associent à Glenmor et Pierre-Yves Moign pour former le groupe « Arnev ». Ils créeront ensemble avec Eliane Pronost, la troupe, “Breizh a gan”. Ils donneront une cinquantaine de récitals a capela de chansons en breton, Youenn assurera les parties instrumentales à la cornemuse avec Raymond Le Borgne à la bombarde.

Puis, le grand Youenn, comme beaucoup d’autres Bretons dans les années 50, décide d’émigrer aux Etats-Unis. Il s’installe avec sa famille à New York au cœur du melting-pot, pendant douze années. Ce séjouryouenn-gwernig  1.jpg influencera durablement son œuvre littéraire et musicale. Bien sûr, Youenn emporte sa cornemuse. Certains soirs de gros cafard, il joue sur le toit de son immeuble new yorkais, la Bretagne lui manque douloureusement. Épris de littérature et de poésie, il commence peu à peu de mêler la musique à se poèmes, ainsi naîtra la complainte, Gwerz an Harluad (Complainte de l’exilé).

Suivront des dizaines de chansons, populaires dont Tap da zac’h, Ni hon Unan, Identity, Tuchenn Mikael, Nedeleg ou E kreiz an Noz chroniques de la vie des hommes, des bretons, récits poétiques des évènements qui touchent, reflets de cette identité bretonne qu’il défendra tout au long de son existence.

Rentré en Bretagne, dans les années 70, Youenn Gwernig co-signe le “Manifeste des chanteurs bretons” à Plessala en faveur d’une culture populaire avec Diaouled ar Menez, Gweltaz Ar Fur, Glenmor, Kerguiduff, Tri Yann, Gilles Servat, Myrdhin, Gérard Delahaye, Patrick Ewen et Kristen Noguès…

Certaines de ces chansons ont été adaptées par Graeme Allwright, Pascal Lamour, le trio Ewen/Delahaye/Favennec, Dan ar Bras, Nolwenn Korbel, Andréa ar Gouilh…

En 1981, il écrit « La Grande Tribu » qui sera publié chez Grasset en 82. Ce roman demeure encore aujourd’hui une référence pour toute une génération de beatniks celtiques patentés et universalistes."

 

14/04/2014

Nouveau cycle de formation sur les encens: la fumigation des celtes, avec Anne Raffin samedi 26 avril 2014 à 14h00

Cet atelier est le premier d'un cycle de formation qui se déroulera à l'Autre Rive avec 3 ateliers en tout, chaque séance centrée sur une origine particulière des encens (celtes, Mésopotamie et Babylone, Inde et japon) avec fabrication, à la clef de certaines de ces substances... à suivre ou poursuivre donc pour ceux et celles que ça intéresse.

Les fumigations des Celtes.

On a longtemps ignoré que les populations Celtes du Nord Ouest de l’Europe avaient développé leurs propres pratiques de fumigations avant l’occupation romaine.

Pourtant, ils ont su tirer partie des plantes locales, ainsi que des ingrédients que leurs routes commerciales leur permettaient d’importer…

Civilisation de tradition orale, dont il ne nous reste fort peu de traces, nous savons néanmoins que les Celtes étaient proches de la nature, et en particulier des arbres.

Petit tour d’horizon et récapitulatif, dans l’état actuel des connaissances, de ce que les Celtes ont à nous transmettre en matière de fumigations.

Plantes « indigènes » du bord du chemin : sauge, verveine sacrée, genévrier, millepertuis… et le nard disparu. Ambre de la Baltique. Commerce de la myrrhe et de l’oliban, les senteurs lointaines

Ce sera donc ce samedi 26 avril 2014 à 14h00 (précise).

Cet atelier, dure 2h30, avec une partie découverte et une partie réalisation d'encens.
Vous apprendrez à créer vos propres encens et repartirez avec ce que vous aurez fabriqués au cours de cette séance.

Coût : 22 euros / personne (chômeur/se ou étudiant/e, 20 euros)

Minimum de participants : min 4, max : 12.

Inscription préalable en envoyant dès maintenant un mail à lautre-rive@hotmail.fr ou en téléphonant au 0298997258

Anne Raffin qui possède une formation d'aromatologue et de fabrication de cosmétiques naturels, a pris le temps d'étudier cette substance, son histoire, ses origines diverses, sa signification et son utilisation à travers le temps et les différentes cultures de l'encens.

Autres séances:   - samedi 24 mai: Mésopotamie et Babylone

                          - samedi 21 juin: Inde et Japon

02/04/2014

ATTENTION!!! ANNULE!!! samedi 24 mai 2014 à 14h30: second atelier sur les encens avec Anne Raffin: La Mésopotamie et Babylone

Après la première séance sur les celtes et leur science de la fumigation, Anne Raffin vous propose de poursuivre son cycle d'ateliers sur le thèmes des encens. avec cette séance du samedi 24 mai 2014 où il s'agira d'étudier l'influence de la Mésopotamie et donc de Babylone (ce qui ne nous rajeunit toujours pas) dans cette grande histoire des senteurs...  

Située entre l’Euphrate et le Tibre, en Asie Mineure, la Mésopotamie est le berceau du Jardin d’Eden originel.

Babylone, la ville aux mille jardins, était située au carrefour des routes reliant Moyen et Extrême-Orient. Ses marchés étaient riches de toutes les merveilles ramenées de pays lointains et mystérieux…Et ses maîtres parfumeurs savaient marier à la perfection le myrte, le cèdre, le galbanum ou le storax, que ce soit pour honorer les défunts, accompagner les banquets ou créer des parfums pour les belles dames de la ville.

Berceau de l’astrologie, de l’épopée de Gilgamesh, la Mésopotamie avait développé un art  de vivre subtil et raffiné. On trouve ici les premières traces écrites de la valeur spirituelle accordée aux plantes et aux fleurs dans le quotidien.

On compte 7 senteurs principales que la Mésopotamie a offert au monde antique : cèdre,  myrte, cyprès, galbanum, storax, accore odorant, ladbanum…

Ce sera donc ce samedi 24 mai 2014 à 14h00 (précise).

Cet atelier, dure 2h30, avec une partie découverte et une partie réalisation d'encens.
Vous apprendrez à créer vos propres encens et repartirez avec ce que vous aurez fabriqués au cours de cette séance.

Coût : 22 euros / personne (chômeur/se ou étudiant/e, 20 euros)

Minimum de participants : min 4, max : 12.

Inscription préalable en envoyant dès maintenant un mail à lautre-rive@hotmail.fr ou en téléphonant au 0298997258

Anne Raffin qui possède une formation d'aromatologue et de fabrication de cosmétiques  naturels, a pris le temps d'étudier cette substance, son histoire, ses origines diverses, sa signification et son utilisation à travers le temps et les différentes cultures, l'Egypte, la Mésopotamie, la Grèce, l'Inde, le Japon et autre monde Celte....

Cet atelier est le second d'un cycle de formation qui se déroule à l'Autre Rive cette année avec 3 ateliers en tout. Prochain et dernier atelier pour le moment:

                     - samedi 21 juin 2014: Inde et Japon

ATTENTION!!!! DEJà COMPLET!!!! Musique venue d'ailleur avec Siian en concert le dimanche 20 avril 2014 à 19h30

ATTENTION!!! C'EST DEJà complet !!!!! Un record, en 48 heures... désolé pour ceux et celles qui n'ont pas réservé... Pendant que les cloches seront barrées à Rome, les pauvres, nous en profiterons lâchement pour siian-en-duo-avec-gaetan-samson0.jpgouvrir nos oreilles aux souffles mélangés de l'orient et de l'occident avec "Siian, un tour ailleurs, Mazar e Sharif / Philadelphia", voyage musical des chants traditionnels arides et lumineux d'Afghanistan à la poésie engagée de Nina Simone, le concert « Un Tour Ailleurs » concentre force mélodique et interprétation dépouillée. Le disque viens juste de sortir.

Duo migrateur, siiAn (chant / guitare / rebab / oud / balalaïka / ...) et Gaëtan Samson (daf perse / santoor), imprégnés de langues lointaines, de rencontres, guidés par leur apprentissage auprès de maîtres d'Afghanistan, de Turquie, d'Iran et du Maghreb, traversent ici librement l'Asie centrale, le Moyen Orient, la Bulgarie, l'Irlande, et l'Amérique du Nord. Et nous, on va les suivre, tranquillement, avec nos oreilles sans bouger d'un pouce....

siian-un-tour-ailleurs-duo2.jpgUne liberté sonore, telle que pratiquée dans ces pays lointains, évocatrice de terres rouges suspendues dans des traverses d'acier, qui porte le chant dans une expression des plus directes: le chant de l'amour, de la lutte, de la terre.

Comment vous dire simplement ce qu'on ressent en écoutant....C'est beau!!

Il suffit, pour vous faire votre idée, d'aller sur leur site et de les écouter à l'adresse suivante http://www.siian.fr/ 

Ce sera le dimanche 20 avril 2014 à 19h30 (en plein week-end de Pâques donc) alors n'hésitez pas et réservez votre place car il n'y en aura pas pour tout le monde, je le crains, en appelant le 0298997258 ou en envoyant un mail

Il vous en coûtera 6 euros
Et en plus, le lendemain, vous pourrez (pas tous, d'accord, mais beaucoup) faire la grasse matinée... on dit merci qui ??