27/11/2008

"UBU ROI" le samedi 13 décembre à 21h00

Du théâtre et pas le moindre avec une pièce qui va nous faire un peu réfléchir sur notre meilleur des mondes.

La Compagnie du Puits qui parle (tout un programme) viendra nous jouer cette fameuse pièce d'Alfred JARRY qui, à l'époque, a dynamité pas mal  de conventions.

ubu affich.JPG

 

Voilà ce que nous en dit Valéry FORESTIER de ladite compagnie

"Coup de pied au cul des conventions théâtrales, l'écriture cinématographique de Jarry et de ses potaches de lycée, nous a naturellement amenés au désir d'une représentation « télécinématographiquement » vivante d'Ubu Roi.

Le propos n'est pas tant de dénoncer la figure des tyrans que nous côtoyons tous les jours, à côté ou au dessus de nous, que de montrer les conséquences sociales des actes de ces dictateurs.

Un Ubu au pouvoir, et c'est toute une société qui en pâtit, les nobles sont décapités, les magistrats décervelés, les financiers ratiboisés, les paysans croulent sous les impôts, les pauvres s'humilient pour une caisse d'argent, et l'inévitable, le pire, c'est la guerre.mère ubu.JPG

A l'échelle des actes des plus ou moins terrifiants paltoquets de la dictature, ce sont des populations qui sont déplacées, éradiquées, maintenues dans l'ignorance, des opposants politiques emprisonnés, torturés ou tués, des artistes baillonnés, des pays laminés, un monde qu'on déconstruit.

Mais si Ubu fait grincer des dents, il y a de quoi êre terrifié quand on constate que ses méthodes s'immiscent peu à peu dans les démocraties...

Le « décervelage » télévisuel faisant aujourd'hui clairement partie des stratégies employées par les « puissants » pour dominer les populations, il nous a semblé logique de nous battre contre lui avec ses propres armes et de confronter sur le même terrain comédiens-troncs et télévision.

Les premiers endossent les personnages, interprètent l'épopée, la seconde fait le contrepoint, parfois en partenaire médiatique, parfois en tant que témoin ou possibilité de raviver les consciences.

Peut-être alors verrons-nous un peu comment les hommes sont gouvernés."

Ce samedi 13 décembre 2008, donc, à partir de 21h00

Trois comédiens seront assis face à nous, dans un castelet, qui ne cadrera que les bustes, image vivante en plan américain.

Trois comédiens, qui face à nous, se partageront toute la distribution d'Ubu Roi.

Trois comédiens qui nous regarderont et dont les visages seront prêts à endosser tous les personnages.

Trois comédiens-marionnettes, comédiens-troncs, qui refabriqueront l'épopée dans leur machine à  spectacle, petit «télécinématographe » vivant, convocateurs d'un monstrueux bestiaire de tyrans, d'accessoires à hurler de peur, de palais, de grottes, de pouvoir et de violence mélangés.

UBU ROI d'Alfred Jarry, Cie du Puits qui Parle,  mis en scène par Valéry FORESTIER avec Sabrina AMENGUAL, Michaël EGARD et Sébastien MORICE

Entrée libre mais légère (légère) majoration des prix des consommations (à finaliser encore).

Mieux de nous appeler avant pour réserver votre place (au 02.98.99.72.58)

ubu roi.JPG

05/11/2008

Autour des "Gerbes soufflées": conférence avec Francine LABEYRIE le 15 novembre 2008

gerbes-soufflees.jpg

Les Gerbes soufflées....Quel titre! ça sent le vent de l'histoire ce truc là.....

« En 1775, au pied des Monts d’Arrée, les paroissiens de La Feuillée se révoltèrent contre la levée abusive de la dîme. Cette fronde enclencha une procédure criminelle à la sénéchaussée de Châteauneuf du Faou, qui dura trois ans, au cours de laquelle plusieurs feuillantins furent accusés, dont trois emprisonnés, fers aux pieds…. »

Francine LABEYRIE, habitante de La Feuillée, nous parlera de son travail d’investigation qui, à partir de ces évènements historiques, lui a permis d’écrire ce roman ; évocation vivante mais aussi exacte que possible du contexte réel de l’époque dans ce morceau de Bretagne.

Ouvert à tous et particulièrement à ceux que l'histoire de ce pays intéresse (et vous êtes nombreux!).

Vente et signature du livre sur place.

Ce sera le samedi 15 novembre 2008 à partir de 17h00.

Au plaisr.

30/09/2008

récital de harpe avec Elisa VELLIA le vendredi 31 octobre 2008

Le 16 février dernier nous avons été nombreux à apprécier à sa juste valeur la qualité de la prestation d'Elisa VELLIA, qui nous interprèta   son magnifique récital de harpe celtique aux accents de la mer Méditteranée. Une magie qu'on aura pu ressentir jusqu'ici, au coeur des Monts d'Arrée.

Alors c'est dit. On aime.

Donc on remet ça le vendredi 31 octobre prochain avec le soutien, cette fois-ci, des cafés de pays en fête (dont nous sommes, je vous le rappelle)

Elisa nous fera découvrir grâce au jeu léger de ses doigts de fée et à la chaleur de sa voix d'autres chansons tirées de son nouvel album "ANHARIA". D'autres couleurs de son répertoire Arc en ciel (ben dis donc!!! je me fais peur.)

Pour ceux qui ne la connaitrait toujours pas je vous laisse ce petit topo qui n'est pas mal non plus.

"Une voix grecque, une harpe-World Music, Grèce7dd11154b81df44fe9a28ff69ba3c9ce.jpg
Elisa Vellia est née et a grandi au coeur de la Grèce, bercée des musiques de son pays. Pousséepar un désir de découverte et d’aventure, elle quitte Athènes pour Londres. C’est dans le métro londonien qu’elle entend pour la première fois la harpe celtique. Enthousiasmée, elle travaille
auprès des grands noms de la harpe irlandaise et écossaise et participe à l’enregistrement de 2cd de musique écossaise.
Son chemin musical la mène en Bretagne : elle s’y installe trouvant, entre les Deux Mers, un terrain idéal pour exprimer sa musique,-une musique sans frontière.
Elle crée avec Cristine le duo Sedrenn qui devient rapidement populaire . Elles enregistrent deux cd. De nombreux concerts les emmènent à t ravers la France et à l’étranger.
Elisa sent de plus en plus le besoin de s’exprimer dans sa langue natale et de retourner vers les territoires musicaux de la Grèce.
Son premier album solo s’appelle « voleur de secrets » sortie en 2005 au Chant du Monde /harmonia mundi(meilleure vente world 2006 pour le Chant du Monde)
Elle prépare actuellement son deuxième album AHNARIA ( sortie prévue Avril 2008) où ellecompose toutes les musiques et interprète ses propres textes

57f4fe6a4237194af70018d58708a623.jpg « Premier sentiment : la surprise. Timbre rauque et voluptueux de la voix grecque, sonorité de la harpe celtique, déroutantes harmonies d’Asie mineur. Une fois gagné par ses refrains ensorcelants aux échos arméniens et séfarades il devient inconcevable de briser l’enchantement. La voyageuse nous transporte au-delà des frontières et du temps. »
Virgin Mars 2005"

Bref toujours que du bon.

Ce sera donc le vendredi 31 octobre à partir de 21h00.

Et ce sera gratuit.

Au plaisir.

Pour en savoir plus:
www.elisa-vellia.com
www.myspace.com/elisavellia

15/09/2008

GOUEL AR SKRID 2008: cabaret de l'écriture le vendredi 10 octobre

Je sais!

Vous savez tout maintenant de GOUEL AR SKRID 2008,

De cette fête de l'écriture que nous organisons, depuis trois ans maintenant, en partenariat avec l'association des "Ateliers du Lien" de Brennilis. Que ça s'inscrit dans le cadre de la manifestation nationale "Lire en fête".

Qui se déroulera cette année les 4, 10, 11 et 12 octobre avec la complicité des associations du coin, des municipalités de Berrien et de Huelgoat, de la communauté de commune, de la poste, du collège, de la maison de retraite, de la bibliothèque et de pleins d'autres.. avec les CORBIERES père (Edouard) et Fils (Tristan) comme auteurs invités et Madagascar comme pays de destination. Vous savez aussi que tout cela est, bien sûr, gratuit....

Pas possible! Pour en savoir autant vous avez dû consulter le site de la manifestation en tapant: http://gouelarskrid.free.fr (il n'est jamais trop tard)

Donc c''est d'accord. Je ne vais pas trop vous embêter mais je voudrais insister encore sur le cabaret de l'écriture qui aura lieu ce vendredi 10 octobre à partir de 20h00 jusqu'à 3h00 du matin si le coeur vous en dit.

D'abord, il y aura des crèpes. Des salées et des sucrées. Grâce aux faucheurs volontaires qui nous serviront également leur bière spécialement brassée pour eux (et en plus elle est bonne). L'occasion de discuter avec eux de leur bagarre contre ces OGMs qui nous pendent au nez.

 

Après, ce sera scène ouverte.

Il y aura ceux que le bruit ne dérange pas pour écrire encore. C'est possible.Un coin leur sera réservé.

Et puis il y aura les autres, ceux qui voudront lire des textes, dire de la poésie, jouer de la musique, apporter de l'émotion et de l'harmonie. Créer l'instant magique où l'on se dit qu'on est bien là. Rien de plus. Un de ces moment qui ne dépend que de ceux qui sautent le pas. Qui acceptent de nous faire passer ailleur le temps d'un texte ou d'un chant. Comme l'année dernière où nous avons basculé, sans transition, de la musique de chambre au Kan Ha Diskan, d'un texte magnifique sur l'impossible rencontre de l'autre aux vers de Glenmor accrochés, et de quelle façon, à un accordéon qui passait par là, d'un boeuf fou à la sauce stzigane à la mise en musique, dans la foulée, d'un texte écrit ce soir là, sur un coin de table.

Bref, venez tous avec vos instruments, vos mots, vos mélodies, vos textes, vos envies. Vous êtes les bienvenus. Cette soirée ne dépend, en gros, que de vous.

Pour le reste, les détails sur le site déjà cité ou sur les programmes papiers à votre disposition un peu partout.

On vous attend donc.

 

13/09/2008

Samedi 18 octobre 2008, rencontre avec Hervé JAOUEN

suite irlandaise jpg.jpg

A l'heure qu'il est vous n'avez pas encore vu ce livre en librairie. Et pour cause! Nous sommes le 30 septembre et il ne sortira que le 4 octobre. Cette couverture du dernier opus de "Suite Irlandaise" de Hervé JAOUEN qui sort aux Presses de la Cité constitue donc bien un scoop. On vous gate!!!

Et ça n'est pas fini car Mr JAOUEN, dans le cadre du festival du livre de Carhaix qui aura lieu cette année les 25 et 26 octobre prochains, nous fera le plaisir de venir nous parler de ce dernier livre et de son attachement à l'Irlande qu'il décline maintenant depuis si longtemps. Je cite:

"Dans Suite irlandaise, la bien nommée, Hervé Jaouen poursuit un voyage littéraire commencé en 1977 et s’interroge d’emblée : « Cette suite, est-ce une continuation de quelque chose d’inachevé ? Ou, comme dans le domaine musical, une œuvre de même tonalité ? » Ou bien encore, se moque-t-il de lui-même, du droit de suite qu’exerce l’Irlande à son égard ?

Suite irlandaise est tout cela. Hervé Jaouen reprend sa plume d’écrivain-voyageur pour évoquer, sur un ton allègre, cette île en pleine mutation depuis son précédent recueil ; mais, se réjouit-il, les Irlandais ne changeront jamais ; d’ailleurs, ce sont eux-mêmes qui le disent, et en Irlande il faut croire tout ce qu’on vous raconte.

Hervé Jaouen s’étonne, ou feint de s’étonner, du plaisir simple que lui procurent toujours un lac, la pêche à la truite, un feu de tourbe, une pinte de bière noire. Il musarde, observe, croque des paysages, égratigne parfois, dialogue avec ses amis de longue date, dépeint avec affection et humour des gens de rencontre, au bord de l’eau et dans les pubs. Une nouvelle déclaration d’amour en mots tendres, drôles et passionnés, à cette île des poètes où Hervé Jaouen a dû naître, dans une autre vie.

Quand « le plus irlandais des écrivains bretons » nous invite en Irlande, c’est toujours d’une plume inspirée. Ces nouvelles chroniques sont à la fois un superbe journal de voyage et une œuvre littéraire affirmée."

Rendez-vous donc le samedi 18 octobre avec, à partir de 17h30, la signature de son livre et la possibilité de rencontrer votre auteur  préféré suivies, de 19h00 à 20h00, de la lecture de quelques bonnes pages qui devraient nous faire passer, à pieds secs, sur l'autre rive de cette toute petite mer qui nous sépare de nos cousins.

Vu le nombre et la diversités des oeuvres d'Hervé JAOUEN  que nous avons vu partir depuis que nous sommes ouverts ça devrait vous plaire. Alors au plaisir.

 

31/07/2008

Evènement artistique avec Berc'hed et Anna-Marie CADOUDAL

Vous êtes invités à assister au vernissage d'une exposition hors du commun ce dimanche 3 août à partir de 17h30.

image001.png

Car ce sont deux artistes, je dis bien deux, qui vont venir exposer à l'Autre Rive.

Deux soeurs de surcroit (ou plutôt de brennilis) qui vont occuper, et notre espace interne mais aussi notre espace extérieur.

A l'intérieur nous aurons les peintures très vives et contrastées de Berc'hed TROADEC CADOUDAL qui nous dit ce qui suit de sa peinture:

"C’est à partir de la gamme de couleurs et des différentes matières que le quotidien offre, que par mon  regard, je voyage et trouve mon inspiration.

.Nuances de rouge, d’or, d’ocre,  de parme…  à l’huile, à l’acrylique, au pinceau, au couteau, la couleur est le moteur.

.Collages de petits  papiers  ramassés par ci par là…

.Empreintes de « trucs » que l’on trouve n’importe où …

.ajouts et retraits successifs…

Sont, instinctivement, posés sur la toile comme des petits trésors…"

Pendant ce temps-là, à l'extérieur, c'est Anna-Marie CADOUDAL qui sévira dans la réalisation d'une "Sculpture végétale".

Joli mot pour décrire un "travail éphémère" qui se fera à partir d'éléments naturels (feuillages, mousses, bois, graines....) associés à des éléments spécifiques à la fleuristerie. Car elle est fleuriste Anna-Marie, même si, pour ce travail, elle utilise différentes techniques comme le collage à chaud ou à froid, le ficelage, le piquage et autre calage, et tout ça adapté à une composition florales à grande échelle.

Un truc de fou, on vous dit. Quelques photos disponibles dans un fichier de la partie droite de ce blog.

Une fiche technique par composition vous permettra de mieux saisir le comment... Quant au pourquoi, ça! C'est une autre histoire qui fera appel à votre propre imaginaire....

Bizarre, n'est il pas?

Un première mondiale, on peut le dire, en tout cas pour restidiou....

Alors n'hésitez pas à venir contempler le nouveau visage de notre jardin.

Mais ne vous perdez pas en venant même si vous ne reconnaissez pas tout à fait l'endroit, c'est bien là.

Vous pourrez alors siroter tranquillement un verre en passant allègrement d'un monde imaginaire à l'autre....

Au plaisir donc.

 

 

image002.gif

 

 

 

30/07/2008

Et de trois sessions de jazzetswing ce dimanche 24 août 2008

Vu le succès rencontré tant en qualité musicale qu'en fréquentation de la première, puis de la seconde session de jazz/swing.

Vu la volonté une nouvelle fois réaffirmée par les acteurs des-dites session de récidiver en la matière en ce même lieu.

Vu l'accord déjà donné par l'Autre Rive que nous sommes pour qu'une telle manifestation puisse se dérouler à raison, d'environ, une fois tous les deux mois.

Vu que c'est encore plus tout vu que la dernière fois ce truc là et que plus ça va aller plus ça va être vu.

L'établissement l'Autre Rive, représenté en la personne de nous-mêmes (nous sommes deux) et après débats réputés contradictoires  entre nous:

Arrête que la troisième édition (déjà) de la-dite session de jazz/swing et autre swing/jazz se déroulera dans ses locaux le dimanche 24 août 2008 à partir de 21h00

Arrête que pourra s'y produire tout musicien qui se présentera au lieu dit et à l'heure dite accompagné de son ou de ses instruments de prédilection.

Rappelle, à titre principal, qu'un piano de la marque ERART, récemment réaccordé, est disponible à cette fin dans les dits lieux.

Décide qu'elle sera ouverte également à tout public à raison d'un tarif unique de 0 (zéro) euros.

 

Annonce que cette mesure est immédiatement exécutoire

et ordonne sa mise en application sans souffrir aucun délais.

 

En bref, yapuka!

 

 

 

02/07/2008

Véronique PEDRERO nous raconte les bois le mardi 15 juillet à partir de 20h30

IMG_4901.jpgPromenons-nous dans les Bois

"Il sera en juillet par un beau soir d'été

Sous la ramure des arbres

Ou au creux d'une maison

Très joliment blottie au coeur d'une forêt

Une bonimenteuse chanteuse de surcroît

Qui viendra conter à qui voudra l'entendre

Des histoires de vent, de sentiers

De gens d'Ici d'Ailleurs

Pour ceux de Maintenant

Entre Monts et Vallées

Avec moult Mensonges et grains de Vérités

Y croira qui voudra"

 

Ce sera le mardi 15 juillet à partir de 20h30

La conteuse sera rémunérée en pièces sonnantes et trébuchantes que vous glisserez bien volontiers « dans le chapeau »

Poussières d'Histoires vous invite à aller écouter la conteuse au coin audio :

 

Poussières d'Histoires

168 rue Frédéric Manhès

38560 JARRIE

Tél/fax : 04 76 68 87 38

Mobile : 06 76 28 18 82

mel : veronique.pedrero@free.fr

http://poussieres.histoires.free.fr

Vernissage de l'exposition "Sous Bois" de Michel DILVIT le 6 juillet 2008

affiche.jpg

 

Après les eaux fortes et les sculptures sur métal de Val BONSEY, nous revenons à la peinture  avec Michel DILVIT qui exposera ses impressions de "SOUS-BOIS" du 6 au 27 juillet prochains.
Nous avions aimé ses paysages et son travail sur le corps humain l'année passée. Il revient donc avec ce travail sur les lumière, les transparences et les couleurs d'un sous bois.
L'oeil en quête du fugace et de l'instant qui passe.
On ne devrait pas être trop dépaysé par ici.
Nous vous invitons donc à venir boire un verre et à rencontrer cet artiste lors du vernissage qui aura lieu:
le dimanche 6 juillet 2008 à partir de 17h30.
Sinon, les grandes sculptures en métal de Val BONSEY continueront de cotoyer dans notre jardin celles de christophe BEAUVILLAIN pendant tout l'été.
Si vous avez un endroit suceptible d'accueillir de telles statues, n'hésitez pas. C'est le bon moment pour les repiquer.
Au plaisir donc.

 

 

 

 

 

 

30/06/2008

Le 11 juillet: "La bretagne des cafés plus": dédicace et musique au menu ou à la carte.

Faites un noeud à votre mouchoir pour ne pas oublier deux choses qui auront lieu ce vendredi 11 juillet 2008.

Tout d'abord nous aurons le plaisir de recevoir Anaïg BAILLARD qui viendra signer son beau livre "La Bretagne des Cafés plus" (nous avons aussi quelques exemplaires de son livre de recettes "Un monde à croquer").

cafe plus 2 copie.jpg

Car des cafés, en Bretagne, il en reste toujours quelques uns malgré tous les efforts pour en fermer encore.

Mais je crois que le mieux pour comprendre la philosophie de ce livre magnifique et pratique c'est de laisser parler Gérard ALLE qui en signe la préface.

Extraits :

" S'il est un ouvrage salutaire, c'est bien celui-ci! Pourquoi? Parce qu'il défend des valeurs fondamentales tout simplement. Je pèse mes mots. Car une véritable catastrophes est en train de se produire, dans l'indifférence générale: chaque année, deux mille bistrots ferment leurs portes dans l'hexagone. Le département du Finistère, par exemple, a perdu plus de 12% des siens en 2007!...."

....Pour faire bonne mesure, j'ajouterai encore ces chiffres: 78,5% des achats de boissons alcoolisées se font en grande surface, et seulement 8,5% dansles bistrots.Alors, qui a intérêt à faire disparaître les débits de boisson et à tricher pour les rendre responsables de l'alcoolisme?

Cet ouvrage donne en partie la réponse, en nous parlant philosophie. En effet, chacun des établissements affiche une parcelle d'humanisme, et son projet est tout autant - voire plus - philosophique qu'économique. A vrai dire, les espaces pour se parler, débattre, échanger, et même s'engueuler, se réduisent comme peau de chagin, dans notre société....
.....Force est de constater que ceux qui font les lois ne vont guère au bistrot, sauf en période électorale. Cet endroit doit leur paraître hostile, incontrôlable, surtout.
Alors, dans l'adversité, face à la caste des contrôleurs, des inspecteurs, des fanatiques du règlement, ces lieux de convivialité où l'on résiste au rouleau compresseur deviennent indispensables. D'abord parce que des hommes et des femmes, quelle que soit leur origine sociale, leur âge ou leur préférence sexuelle, apprennent à se connaître malgré leurs différences. Déjà, au début de ce siècle, lorsque nous battions la campagne bretonne, avec mon camarade photographe Gilles Pouliquen, à la rencontre des commerces de campagne, nous avions été frappées par la profondeur et l'intelligence des tenancières , parfois nonagénaires, toujours visionnaires. Sentinelles aux aguets, à la frontière entre le plus intense bonheur et la plus grande tristesse, côtoyant chez l'homme le pire comme le meilleur, elles ont toutes sauvé des vies. Et, plus d'une fois, redonné un sens à des existences en ruine. Cela n'est pas rien et donne à réfléchir, dans notre société en perte de repères. Les commerçants qui figurent dans cet ouvrage sont leurs dignes héritiers: à la fois défenseurs de ces valeurs de contact et d'humanisme, psychologues empiriques qui mettent de l'huile dans les rouages, mais aussi créateurs, officiant dans des lieux où se mêlent à présent de multiples compétences......"
Ben dis donc Gérard ! Je sais maintenant pourquoi je suis fatigué le soir au fond des bois......

Donc une soixantaine de bistrots coup de coeur à savourer sans modération (textes d'Annaïg BAILLARD et photos de Bernard GALERON)

Ce sera le vendredi 11 juillet 2008 à partir de 18h 00 jusqu'à plus soif, car ensuite nous embrayons, à partir de 21h00, sur une soirée musicale avec le JJB Expérience

Trois musiciens, Arnaud Rüest (guitares), Alain Guilloux (basse) et Jean Jacques Baillard (accordéons diatoniques) qui nous baladeront de la Bretagne au Maghreb, en passant par les Balkans.

Le J.J.Baillard Expérience explore et façonne sa musique au gré des rythmes ethniques de l’est et de l’ouest. Ces musiciens inventifs apportent un son chaleureux, des interprétations et compositions originales. Elles sont portées par une guitare énergique et suave qui s’accorde à merveille avec la richesse des mélodies de l’accordéon diatonique qui s’entrecroisent avec les tempos de la basse. Originalité de cet ensemble, une rythmique subtile, une musique sensible, forte et inspirée.
Véritables amateurs de musiques ethniques, ces musiciens sont aussi des voyageurs qui s’inspirent des musiques traditionnelles pour créer leur propre univers musical.
Enfants spirituels des années 70, cette formation reste fidèle aux principes qui caractérisent cette époque, ouverture d’esprit et plaisir de créer une musique en toute indépendance et sans limites.
Voilà.
C'est gratuit.
De quoi passer, je crois, une bonne soirée.
Alors, on compte sur vous.

 

21/05/2008

Hervé BELLEC nous lit son transsibérien le vendredi 27 juin 2008

v_book_34.jpgHervé BELLEC.

Il y a ceux qui le connaissent et apprécient la qualité de son écriture.

Il y a les quelques uns d'entre nous qui ont déjà pu apprécier, l'année dernière, sa façon de dire ses propres textes.

Et il y a les autres.

Ceux qui ne le connaissent pas encore.

Sinon je ne vois pas qui. (je rigole)

Aussi, vous êtes tous invités à suivre Hervé BELLEC dans ses nouvelles aventures sur les chemins de Sibérie. Car il vient d'écrire un nouveau livre, Monsieur BELLEC. Les sirènes du transsibérien. C'est le nom.

En vente à la librairie.

ça vient de sortir aux éditions GEORAMA (de brest) qui nous présente ce nouvel opus comme suit:

"Après Saint-Jacques-de-Compostelle, Hervé Bellec reprend sa plume d’écrivain voyageur et nous entraîne vers un autre voyage initiatique, à bord du mythique transsibérien, au cœur de l’hiver russe, jusqu’à la ville de Vladivostok. Une plume alerte et précise, beaucoup d’humour et d’humanité, un savoir voir et un billet de train pour Vladivostok sont les ingrédients de ce récit envoûtant et profond, qui nous mène loin, très loin, dans un pays sans fin nommé Russie !

La taïga sibérienne est de loin la plus grande forêt du monde puisqu'elle représente le tiers de la surface boisée de la planète et par là même demeure une des principales réserves d’oxygène de la biosphère. En Sibérie, elle occupe une bande de 1000 kilomètres de large sur 5000 km de long. Les pins, les mélèzes, les cèdres et les bouleaux se succèdent inlassablement et quand on regarde à travers la vitre du train, on a parfois l’impression de voir défiler le plus long code-barre du monde. C’est à mourir d’ennui et bizarrement, on n’en meurt pas.

On dit que le Transsibérien est un train de légende. A mon sens, c'est plutôt un train de réalités, passées ou présentes, avec une histoire faite de sang et de larmes, avec des voyageurs en chair et en os. De Brest à Vladivostok, c'est à dire des deux points les plus opposés de l'Eurasie, via Moscou, la ville aux mille surprises, mon périple n'aura duré qu'une quinzaine de jours. Quinze jours à travers la Sibérie au coeur de l'hiver le plus cinglant. A mourir de froid et pourtant, je n'en ai ramené que de la chaleur.
"

Ce sera le vendredi 27 juin 2008 à partir de 19h 00 jusqu'à plus tard dans la soirée.

Prévoir les moufles et les bonnets.

Mais pas d'inquiétude, il parait que quand il fait froid la voix porte plus loin.

Alors embarquement immédiat.

On s'occupe du vin chaud.

On s'occupe aussi de récupérer d'ici là un certain nombre d'exemplaires de ce nouveau livre.

Les autres. Les plus anciens sont toujours en vente ici.

Au plaisir donc.

30/04/2008

Toast master amélioré le 21 mai 2008

Après une première tentative le 17 avril dernier où on a un peu essuyé les platres (c'est bien simple, j'ai dû reprendre toute ma peinture) on remet un coup de TOAST MASTER avec les ateliers du Lien ce mercredi 21 mai à partir de 20h30 en changeant ( améliorant) quelques petites choses....

plus de vote (!),

chacun apporte le sujet qu'il souhaite voir développé (jusqu'ici tout va pas trop mal), tous les sujets sont mélangés dans la corbeille (on dirait que ça se gate) et proposés à la pioche (l'enfer du jeu vous dis-je.).

Si c'est celui auquel vous aviez pensé et un peu préparé (rien que 6 heures de travail à la maison, dis donc!!) tout va bien.

Sinon tout va très mal. On a 15 minutes pour le préparer.

Puis 5 minutes pour l'exposer, toujours dans un esprit plutôt humoristique et selon la "règle" IDC : Introduction, Développement, Conclusion.

Bien entendu, le fait de ne rien connaître au sujet pioché n'a aucune importance (au contraire), vous pouvez raconter n'importe quoi du moment que le tout nous semble à nous, public, cohérent.... Il suffit de faire comme certains qu'on voit tout le temps à la télé, c'est pas compliqué.

----------------- 

Je reprends mes exemples préférés:

1- vous êtes passionné(e) de champignons : 

Qu’est-ce qu’un champignon ( y compris atomique. Y compris entre les doigts de pieds. y compris celui qu'on écrase...)?

Quels sont vos préférés (mais ça n'a rien de sexuel, je vous assure)? Pourquoi ?

Vos conseils, vos suggestions (en friture, à la poelle, en sauce, en perfusion, dans les narines....)

 

2- Vous êtes passionné(e) par la mécanique quantique (si si! ça arrive à des gens très bien)

Qu’est-ce que la mécanique quantique ? (déjà, là, en moins de trois minute ça va être coton....)

Pourquoi cette passion ? (alors là, en moins de cinq minutes ça va être très coton.....)

Vos conseils, vos suggestions (derrière l'oreille ou légèrement sur le front c'est pas mal).

3- vous êtes passionné(e) par Claude François (comment savez-vous ça ?)

Qui est Claude François ? (derrière l'oreille ou légèrement sur le front c'est pas mal)

Pourquoi cette passion ? (mais ça n'a rien de sexuel, je vous assure)

Vos conseils, vos suggestions  (en friture, à la poelle, en sauce, en perfusion, dans les narines....)

 

Vous êtes passionné(e) par les trois (là ça va être dur pour le faire en 5 minutes…)

Idem….

Etc…..

ça  peut être marrant ce truc là.

Et c'est toujours moins cher que gratuit.

27/04/2008

soirée d'information sur la centrale de Brennilis le samedi 3 mai à partir de 20h30

Bonjour.   

Ce samedi 3 mai, nous vous invitons, à partir de 20h30, à une soirée d'information sur l'actualitéet le futur de la centrale de BRENNILIS; soirée animée par Marie NICOLAS et Chantal CUISNIER, membres de sortir du nucléaire Cornouaille.  

A l'ordre du jour, ce que nous disent et ne nous disent pas EDF et l'ASN et le rôle que nous pouvons jouer pour que ce démantèlement ne se fasse pas à nos dépens....  

On sais, c'est pas rigolo....et puis il y a plein d'autre choses à faire ce soir là (toujours la possibilité, pour certaines d'y aller après) mais il est parfois bon de savoir à quelle sauce on refuse d'être mangé.   

Au plaisir donc.

25/04/2008

Hommage à Xavier GRALL avec Louis Bertholom

Dans le cadre de l'hommage que nous rendrons à Xavier Grall le samedi 10 mai nous avons souhaité faire revenir ici Louis BERTHOLOM, le diseur de mots, et ses musisciens Y.MANCHEC (Flûte) et Y.PENVEN (Guitare).

On se souvient en effet de la beauté des textes et du souffle épique de Louis venu l'année dernière nous faire partager son amour de Youenn GWERNIG.

C'est donc dans le même esprit que nous l'avons sollicité pour venir nous parler de GRALL. Un homme de chez nous planté bien droit dans la puissance des mots.  Textes mis en musique par MANCHEC et PENVEN.

D'autres textes seront ensuite extraits du dernier reccueil de poésie de Louis BERTHOLOM: "Infinisterres".

Du vent dans les têtes.

Début à 20h30.

Entrée gratuite.

12/03/2008

Vendredi 25 avril: contes de n'importe quoi et contes de n'importe où

Passons aux contes maintenant.

Pas ceux de l'apothicaire qui nous intéressent peu finalement mais ceux que Philippe MOREAU, notre Korrigan préféré, viendra nous raconter le vendredi 25 avril à partir de 21h00.

Pour le titre, je crois bien que c'est ce qu'il m'a dit. Vous dire de quoi il s'agira m'est donc très difficile. C'est que du n'importe quoi venu de n'importe où ça ouvre de sacrées perspectives.

Tout ce qu'on peut supputer c'est que ça va pas être triste ces histoires. Et pour les petitspetits et pour les petitsgrands. Pour les grands petits aussi. C'est une première faut dire. Et pour philippe qui se lance comme ça dans toute une soirée à nous raconter ses histoires. Et pour nous aussi qui le recevons alors qu'il se lance comme ça dans toute une soirée à nous raconter ses histoires. Pour vous aussi ? N'hésitez pas.

Une première vous dis-je, ça s'arrose.

En tout cas on verra bien s'il aura sa tenue de korrigan qui l'a rendue si célèbre chez ADDES (en gros, à poil!), mais aux dernières nouvelles il sera  habillé comme tout un chacun, ce qui fait, quand on y pense, beaucoup.

C'est toujours pas payant mais, comme on dit, les bons contes font les bons amis..

C'est un vendredi pendant les vacances, en plus.

C'est pas loin de chez vous.

on vous attend.

11/03/2008

Samedi 26 avril 2008 conférence par Claude-Youenn ROUSSEL

Conférence:   Plantes, jardins botaniques et contestation sociale au XVIIIème siècle

 

" De tout temps les peuples ont récupérés des graines et des plantes en usage chez d'autres nations. La pharmacopée européenne et son agriculture bénéficient des échanges dus aux croisades, puis à la découverte du Nouveau monde. Au début du dix-huitième siècle, la connaissance phytothérapique reste limitée et presque inchangée depuis le moyen âge. L'extension du panorama botanique encouragé par Louis XV n'est encore que balbutiant. Il faut attendre les grands voyages d'explorations scientifiques, l'application stricte des ordonnances, l'amélioration technique des moyens de conservation pour voir exploser la connaissance botanique et une considérable extension de la pharmacopée. La médecine navale joue un rôle essentiel dans ces progès, sous l'influence de prestigieux médecins chefs des hôpitaux maritimes, grands honnêtes hommes au sens du temps des lumières. Des jardins botaniques se développent autour de leurs hôpitaux à Rochefort, à Brest, à Lorient, à Toulon. A Nantes existe le jardin des apothicaires servant à l'enseignement de la faculté de médecine mais aussi aux besoin des vaisseaux marchands.

Au jardin de Brest qui stagne, va apparaitre en 1771 un jardinier exceptionnel, Antoine LAURENT. Ce très modeste personnage va, en un demi-siècle, réaliser une oeuve de dimension internationale. Cet autodidacte roturier va s'imposer dans le monde aristocratique des savants; à la veille de la révolution dans laquelle il s'engagera résolument, d'autant plus que les guerres avec l'Angleterre vont interrompre le flux des arrivées botaniques. Cela n'empêche pas à l'Empire une organisation définitive des structures de jardin, fortement inspirée par la pensée maçonnique suivant un modèle proposé par des architectes initiés. Le jardin des lumières est aussi un lieu de la contestation sociale en ce qu'il propose un message philosophique et égalitaire. Le retour à la paix et la reprise des explorations maritimes permet de redévelopper le jardin qui devient le plus beau jardin de France et même d'y faire transiter des animaux inconnus à destination du zoo roal de Paris.

Claude-Youenne ROUSSEL a retrouvé et ordonné sa correspondance de cinquante ans qui forme le seul exemple de mémoire ouvrière du dix-huitième siècle, avec des élans évoquant parfois DAGUIGNET et ses célèbres Mémoires d'un paysan breton."

C'est cette extraordinaire aventure que Claude-Youenn ROUSSEL vous contera le samedi 26 avril 2008 de 17h00 à 19h00.

Entrée libre.

Claude-Youenne ROUSSEL, auteur de nombreux ouvrages historiques, maritimes et botaniques vient de publier aux éditions Keltia Graphic "Plantes médicinales et traditions en Bretagne" succédant à son ouvrage principal "Jardin botanique de la Marine de France" publiée en 2004 aux éditions Coop Breizh.

Vente et signature par l'auteur de ces livres sur place.

 

 

 

07/03/2008

signature à l'horizon:Jean-claude Lalanne le vendredi 4 avril 2008

Et une signature.

Ceux qui connaissent jean-claude Lalanne comme chanteur engagé (le garçon, entre autre, n'aime pas, mais alors pas du tout Sarkozy) se doutent bien que son dernier livre ne fera pas automatiquement dans la dentelle.

A ceux qui ne le connaissent pas, je confirme. Il ne fait pas dans la dentelle. Ou alors une dentelle spéciale, à la paille de fer.

Ce n'est pas le genre de la maison.

Mais, en tout cas, voilà une langue qui claque et qui dit bien ce qu'elle a à dire. Pas de fioritures dans ce dernier Opus. Que du brut de pomme. Du ciselé dans une langue qui ne l'a pas dans sa poche.

Deux parties qui, à priori, n'ont rien à voir l'une avec l'autre mais qui finissent par se combiner pour essayer de nous expliquer quelque chose. Essayer de nous dévoiler une vérité surprenante sur l'histoire du casse de Nice, sur Spaggiari et sur ses égouttiers.

Ils y a prescription aujourd'hui, alors Lalanne balance sa sauce.

La première partie de ce petit livre, "BLACK ou les chroniques d'un intermitteux du spectacle" enchaine de petites scènes, piquées au fil du temps, sans liens apparents, de la vie du chanteur lui-même. Piochées de prime abord au hasard, elles posent un personnage, une ambiance, un bordel ambiant peut-être pas si bordélique que ça, en fin de compte.....

On embraye alors sur El LOBO, la seconde partie. L'enquête d'un journaliste sur un personnage étrange qui sait beaucoup plus de choses qu'il ne veut bien le dire sur une certaine affaire, un certain casse de la société générale (déjà) et certains dossiers politiques très explosifs....

Et les choses, par petites touches, prennent leur place. Se dégage alors l'esquisse d'une vérité...Quelle vérité ??? Et jusqu'à quel point est-ce bien une vérité ?

A chacun de sentir et de voir..... comme tout bon livre qui se respecte.

Drôle d'objet que ce petit livre vendu au prix que vous fixerez vous même.

Que voulez-vous? Il est comme ça le Jean-claude et je n'ai pas l'impression, qu'au point ou il en est, il y ait aucune perspective qu'il change un jour.

Il viendra dédicacer (séance unique car il n'aime pas trop ça) son bouquin et discuter avec ceux-qui le veulent, le vendredi 4 avril à partir de 16h00 jusqu'à beaucoup plus tard dans la soirée. ça ne dépend en fait que de vous.

Le livre est déjà disponible ici. ça vaut le coup de le lire avant si vous voulez un peu discuter.

au plaisir donc.

Pour finir, un petit extrait tiré de BLACK:

"Les Ponts de Cé. Bar le saxo. Juin 1994.

J'ai choisi un bar pas trop casse-gueule. Pour Marianne c'est le baptème du feu. Le porte-harmonica autour du cou et la guitare à la hanche. Elle est belle! Autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Les premières notes de Midnight shadow s'envolent et nous décollons pour deux heures non stop. Les indiens sont au rendez-vous, on a du bol. Après quelques tatonnements je m'inscris dans le paysage. Ce soir je prends la décision de ne pas aller trop loin dans la décadence. Je m'installe au coeur de mon envie sans faire déborder le vase. J'encourage Marianne du regard, elle comprend que c'est gagné. On accélère le tempo pour plus de rage et d'authenticité, on est déjà complices à la vie à la mort. Les flics passent mais ne s'arrêtent pas, le dernier set nous installe dans les coeurs et les tripes pour une durée indéterminée. Puis le cacheton, les embrassades et la promesse d'un retour. On dort dans le bahut, demain on joue dans un village en touraine. Les étoiles nous saluent, qu'est-ce qu'il y a de meilleur? Est-ce qu'il y a un ailleurs? Marianne s'est endormie et moi je capitule."

 

 

05/03/2008

Encore une signature le 15 avril 2008 à 19h30: Huelgoat et les monts d'Arrée: les rebelles de la montagne

Et de deux.

Le printemps arrive et avec lui les fruits bien mûrs de l'hiver.

Un  livre en l'occurence: "Huelgoat et les Monts d'Arrée".

Le temps est donc venu pour Georges CADIOU et son épouse, Eliane FAUCON-DUMONT de nous faire partager le fruit de leur travail qu'ils nous présentent ainsi en quatrième de couverture:

"HUELGOAT et les Monts d'Arrée. Terre de légende, terre de mystère mais aussi terre de rebelles et de résistants, ces rebelles de la montagne qui ont résisté aux légions romaines, aux armées franques, aux pirates normands, aux armées du roi, aux armées anglaises et, plus tard, aux envahisseurs germains!

Huelgoat et les Monts d'Arrée. Terre de poètes, de peintres et d'écrivains qui sont venus, très tôt, chercher dans ces coins reculés, encore vierges de toute "pollution civilisée", l'inspiration qu'il leur fallait.

Huelgoat et les Monts d'Arrée. Terre de croyances, celles des moines blancs cisterciens du Relecq et celle des moines rouges de La Feuillée où se cache, qui sait, le fabuleux trésor des templiers, quelque part dans ce marais du Yeun Ellez où la tradition celtique situe l'une des portes de l'enfer!

Huelgoat et les Monts d'Arrée. Terre de convictions politiques. On y fut républicain du temps de la monarchie, radical du temps de la République, socialiste puis communiste du temps des fureurs du XXème siècle!

Huelgoat et les Monts d'Arrée. Epine dorsale de la Bretagne, au début du monde (Pen ar Bed en breton), où plane encore le souvenir de quelques grands personnages d'un passé légendaire comme Dumnacos, Arthur, Dahud, Saint Herbot, Kado, Conan Meur, Guy Eder de la Fontenelle, Sébastien Le Balp, Pic de la Mirandole, Marion du Faouët, Théophile Malo, Corret de la Tour d'Auvergne et d'un passé plus proche avec Paul Sérusier et Victor Ségalen.

C'est toute l'histoire de cette terre originale et attachante du centre de la Bretagne qui vous est contée ici."

Vous êtes donc invités le Mardi 15 avril à 19h30 à la présentation de ce livre en présence des auteurs avec qui nous pourrons dialoguer autour d'un verre et d'un buffet après leur conférence sur ce sujet.

Entrée libre.

Ouvert à tous ceux que l'histoire de ce coin de Bretagne passionne.

 

PS: le livre sera bientôt disponible au café-librairie.

 

 

29/02/2008

conférence-débat le mercredi 2 avril 2008: Savoir dire non

Une seconde.

" SAVOIR DIRE NON"

Une question qui se pose en permanence à chacun d'entre nous et des réponses apportées diverses et variées (voir l'absence de réponse). Un thème qui dépasse largement le cadre de nos relations avec nos enfants.

l'A.F.E.P.H. (Association en Faveur de l'Enfance dans le Pays de Huelgoat) vous invite donc à participer à sa seconde conférence-débat sur ce thème qui sera animé par Mr HOUGRON, psychologue, le mercredi 14 novembre à 20h30.

Ouvert à toutes et à tous.

venez nombreux. (qui a dit non ?)

 

l'A.F.E.P.H.: Association en Faveur de l'Enfance dans le Pays de Huelgoat

Cette Association a pour but de développer des projets et des actions en faveur de l'enfance dans le Pays d'Huelgoat.

Nos Services :

Ø "LUTIG" : Lieu d'accueil pour les enfants de moins de trois ans accompagnés par un adulte. Lieu d'éveil, de rencontre et d'échange ouvert le lundi matin de 9h30 à 11h30

Ø FICHIER BABY-SITTING

Ø HALTE GARDERIE TY-LUTIG : ouverture le mardi et le jeudi de 8 h 30 à 18 h 00, accueillant à la journée, à la demi-journée ou à l’heure des enfants de moins de 3 ans.

Nos coordonnées:

Adresse :        78 rue des cieux

29690 Huelgoat

tel : 02 98 99 79 58

e-mail : tylutig@wanadoo.fr

 


28/02/2008

Install Party LINUX à l'Autre Rive le 29 mars 2008.

LinuxQuimper organise une Install Party à Berrien, au café l'Autre rive, le samedi 29 mars 2008 à partir de 14h00 juqu'à beaucoup plus tard.
Vous pouvez donc débarquer dans l'après-midi (même après la manif pour l'hôpital de Carhaix) avec votre matériel sous le bras.
Au programme : rencontre entre passionnés, initiation pour les autres, installations de GNU/Linux et de Logiciels Libres, démonstrations.
Une telle séance s'inscrit dans la droite ligne du développement de nos échanges de savoir dans le cadre d'un projet de type université populaire. Car l'éducation populaire, s'il représente un gros mot pour certains esprits étriqués, reste pour un endroit comme l'Autre Rive, une approche pertinente qui doit nous permettre de renforcer nos liens et nos connaissances tout en faisant de nous des acteurs pertinents de nos propres vies.
Une approche comme celle qui régit le système LINUX (gratuité, indépendance, ouverture, évolution permanente,...) rentre pleinement dans de tels objectifs.
Comme il se doit, cet évènement est ouvert à tous les publics et à toutes les distributions, n'hésitez surtout pas à emmener votre PC (fixe ou portable) avec vous. Faites une sauvegarde de vos données avant, bien sur.
Pour présenter linux, je vous propose quelques questions et réponses (à voir sur place), d'après le site:

http://www.whylinuxisbetter.net/index_fr.php

Oubliez les virus.
Votre système est-il instable ?
Linux protège votre ordinateur.
Ne payez pas 300 € pour votre système d'exploitation.
Liberté !
Lorsque le système est installé, pourquoi devoir encore installer des logiciels ?
Mettez à jour tous vos logiciels d'un seul clic.
Pourquoi pirater des logiciels quand vous pouvez en avoir gratuitement ?
Besoin de nouveaux logiciels ? Ne cherchez pas, Linux les télécharge pour vous.
Découvrez la nouvelle génération de bureaux.
Votre vie digitale est-elle fragmentée ?
Choisissez l'allure de votre bureau.
Pourquoi votre Windows est-il de plus en plus lent ?
Profitez de hotlines gratuites et illimitées.
Connectez-vous à MSN, AIM, ICQ, Jabber, avec un seul programme.
Trop de fenêtres ? Adoptez les espaces de travail.
N'attendez pas des années que les bugs soient résolus, signalez-les et traquez-les.
Êtes-vous fatigué de redémarrer votre PC sans arrêt ?
Donnez une seconde jeunesse à votre vieil ordinateur.
Jouez à des centaines de jeux gratuitement.
Aidez les autres pays, et le vôtre.
Découvrez un lecteur de musique d'exception.
Gardez un oeil sur la météo.
Rien que ça.
On vous attend donc.
Plus d'infos sur:
Linux n'est pas Windows, de Dominic Humphries, 2005:
      http://www.commentcamarche.net/faq/sujet-7283-linux-n-est...          

 

23/02/2008

Spectacle avec DOM DUFF, le samedi 22 mars 2008.

760153726.jpg

Dans le cadre de l'opération des Cafés de Pays en fête nous vous invitons à venir écouter DOM DUFF, un des chanteurs bretons des plus originaux de sa génération le samedi 22 mars 2008 à partir de 21h00.

Auteur-compositeur-interprète,Dom Duff, met sa voix, sa guitare et son énergie créatrice au service de Diwall, groupe de fest-noz qu'il fonde en 1996.

La véritable aventure musicale commence alors, avec des tournées bretonnes et internationales, et déjà la sortie de deux albums.

L'année 2000 est un tournant dans la carrière de Dom Duff : il sort de ses cartons des compositions plus personnelles et se lance sur les routes en solo, traçant son chemin en toute liberté, avec conviction et originalité. Ses compositions atypiques interpellent le public et les professionnels qui reconnaissent en lui une nouvelle forme d'expression musicale bretonne.

Loin des formats, Dom Duff crée un folk acoustique puissant que les Anglo-saxons appellent à juste titre Power Folk.

Tantôt poétique, tantôt engagé, il nous fait découvrir ou redécouvrir toutes les subtilités et les couleurs de sa langue maternelle : le breton. Une langue qu'il sait faire vibrer au gré de ses émotions, de ses coups de gueule, de ses coups de coeur. Ses mots collent à sa musique, lui apportant une sonorité acoustique rageuse qui ne laisse pas indifférent.

Pour preuve l'accueil fait à ses deux albums "Straed an amann" en 2003 et "Lagan" en 2005 (éditions coop-breizh). En vente ici.

On vous invite donc à partager cette émotion, ce 22 mars (une bonne date si on en croit 1968), en plein Week-end de Pâques (en théorie les cloches seront parties).

Et en plus, c'est encore gratuit (merci aux cafés de pays).

Plus d'informations (dont des extraits musicaux) sur les sites suivants:

19/02/2008

le 14 mars, un printemps, des poètes, l'insoumission, pleins de raisons de se réjouir

Eh oui, un poète ne fait pas le printemps mais tout de même cette façon de nous ouvrir l'espace et le temps à coup de mots peut, parfois, nous le faire croire. On l'a bien vu lors de notre rencontre du 23 février dernier avec le souffle du poète polonais Kazimierz BRAKONIECKI.

Donc du 3 au 16 mars se déroule le 10ème printemps des poètes, avec pléthore d'animations en centre Bretagne (voir le site http://www.artsetcob.org à ce sujet) qui vous permettrons de déguster pour les connaisseurs ou de découvrir, pour les novices, cette drôle des musique des mots qui nous parle comme peut de chose arrive à le faire (même pas TF1). Des occasions à ne pas rater.

En ce qui nous concerne nous vous proposons un nouvel apéro-poésie à l'Autre-rive en partenariat avec les ateliers du lien de Brennilis, le vendredi 14 mars à partir de 20h00.

Toujours les mêmes principes avec un invité en la personne d'Hervé MESDON, poète et artiste peintre qui nous fera partager ses textes (voir sur celui-ci le texte qui suit de ricardo MONTSERRAT).

Un thème, l'insoumission qui sait faire, aussi, le printemps.

Sinon, scène ouverte avec la possibilité pour tous de venir dire ses textes préférés (les siens, propres ou les autres un peu moins).

Donc, un bon moment de mots à échanger jusque plus tard dans la soirée.

C'est gratuit.

On ne voit vraiment pas ce que vous pourriez avoir de mieux à faire ce soir là....

Alors au plaisir

 

A propos d’Hervé MESDON, ce que dit de lui l’écrivain Ricardo MONTSERRAT :

L’éleveur. Je l’imagine, berger dans les monts d’Arrée. Il les fait monter si haut, ces drôles d’animaux que sont les mots. Transhumance dure, qui se fait à pied, par des chemins ardus. Il affirme que ce sont des rêves qu’il pousse devant lui. La transhumance n’est jamais qu’un mouvement, pas un état, jamais définitive, un devenir, à reprendre année après année. A peine en haut, il faut redescendre. Le berger change, les mots meurent, dévorés par les loups, la transhumance reprend, plus lourde des massacres perpétrés et la montagne plus inaccessible. C’est là-haut qu’RV a rencontré Prométhée et, voulant défendre ses mots du froid de la bêtise, a volé aux dieux le feu. Il a allumé son tabac avec, et puis est redescendu. RV est frère de Sysiphe.

Le mûrisseur : Non. Ce sont des vers à soie qu’il élève, l’éleveur. Vers à soi. Depuis la ronce inextricable des mûriers au cocon de papier où le vers approche la perfection : les lèvres d’un baiser, la langue d’un soupir... Ils ne seront jamais papillons montant au ciel, mais tissus enveloppant l’aimée, nappes de brouillard, paysages tristes tissés au petit fil des jours. Fil incassable qu'il renoue chaque matin. Comment voulez-vous que quelque chose vole dans un ciel de plomb ?

Le souveneur : Les passés sont déjà effacés. Le voyageur ne cesse de se retourner sur le chemin parcouru, et s'étonne de le voir si désert, si lointain, si petit, si mesquin. Les prochains pas qu'il fera vers l'avant seront pourtant tout aussi difficiles. Sa langue de vipereau n'a pas de repos.

Le mauvais coucheur : Que voulez-vous qu’il dorme et s’endorme ! Éveillé, il rêve plus fort qu’au profond des sommeils. Les lits servent à l’amour et les pages à en garder la trace. Il veut bien des nuits et des insomnies, si elles sont paix et amour. Il veut bien du noir s’il est encre et ciels étoilés. Hélas, de si peu dormir, ses yeux se sont creusés, son humeur a noirci plus que l’encre. Sensible à toutes les injustices, révolté par toutes les indignités, l’impuissance lui fouaille les entrailles. Il n’en dort plus. Il parle à haute voix, comme un ivrogne ou un fou. Il apostrophe à longueur de poémier les lecteurs badins, les fantômes de retour, les femmes perdues et les indifférents de passage. Et quand il est seul, il s’engueule. La nuit n’en finit pas de résonner de sa voix. Et s’il n’y avait la lumière des mots pour annoncer l’aube, je crois qu’RV en serait mort.

Et quoi, il en mourrait, il resterait le feu qu’il a volé. Les songes là-haut dans les pâtures qu’il faudrait songer à relire après son passage, faute de les avoir lus de son passant. Il resterait les boîtes de chêne que sont ses livres. Quoi, toute une vie et si peu dedans ? Si peu, si simple, si vrai. Les livres de RV sont des cercueils. Rouvrez-les dix ans après, il ne reste plus rien de la pourriture, de la charogne, du mensonge. Rien qu’un parfum, un écho, des phrases en ritournelle, des espérances, des illusions, des mots doux, des frissons et ces photos en noir et blanc, qui semblent avoir souffert du passage du temps, rejetées par la mer. Qui c’était celui-là, et celle-ci, à moitié nue ? C’est lui, là, sur la photo ? Il était un peu tordu comme gars ! En tout cas, ses photos le sont. Ou alors c’est le monde qui l’est. Faudrait pas se regarder dans l’eau des miroirs, faudrait pas boire l’eau. Faudrait pas boire. Ni voir. Voir de travers, ça fait tousser. Si encore, il y avait mis de la couleur...

En tout cas, pour un mort, mort de faim, mort de femme, il parlait bien, Mesdon. Il parlait comme il écrivait, il écrivait comme il parlait. Des phrases si aisées qu’on avait l’impression de les avoir déjà entendues. Faciles comme des chansons. Souvent des complaintes, jamais des plaintes. Rarement braillées. Ou alors c’est qu’il était fâché. Badinage amoureux. Des conversations. Pourvu qu’il fasse beau... Entre amis. Entre amants. Entre voisins. Compagnons. Camarades ! Ah, il n’a pas peur de dire les choses comme elles pourraient être

 

Mais pourquoi je parle de lui au passé ? Justement, je ne le connaissais pas, je viens de relire pour la troisième fois ses poèmes et j’ai l’impression de les avoir toujours sus, fredonnés, murmurés ou déclamés. Faut croire que je l’ai croisé sur les chemins de la beauté. C’était lui, dans l’ombre, lui qui riait dans les coins et recoins de cette province noire qu’est la mémoire ? Parce qu’il ne manque pas d’humour, le chagrineux. D’un éclat de rire, il brise le silence, d’un éclat de mot, l’indifférence. Et s’il ne se prend pas au sérieux, c’est qu’il n’est pas bien sérieux au vingt-et-unième siècle de conduire, dans les Montagnes Noires, les mots français à des hauteurs telles que, pris de vertiges, ils ne pourront que dégringoler. Les mots, pas les songes, ni les songeous. Les Bretons, grands éleveurs de douleurs, ne tombent jamais. Hervé en est un. Vivement le prochain cocon ! J’ai hâte de te lire à nouveau, Mesdon.

.


 

11/11/2007

Gwenola expose du 11 novembre au 8 décembre 2007 ses peintures et sculptures

2b08a0a6e0acece580b44e3be5b08a6b.jpgDanse avec le bois…..  PROLONGATION jusqu'au 8 décembre 2008.

Il semble que cette exposition vous plaise, et pas qu'un peu, vu le succès qu'elle connait et l'accueil plus que positif que vous avez bien voulu lui donner.

Alors on prolonge de 8 jours, avec quelques nouvelles pièces qui plus est....et toc.

Le temps de venir acheter ce qui reste. C'est le moment en cette fin d'année. Les tarifs sont doux. On n'a pas encore mis en oeuvre la TVA sociale.

"Ma démarche se poursuit depuis l’enfance avec un compagnon fidèle vivant et intemporel, le bois. Je traduis ce choix, dans un atelier en pleine nature.

Semant, plantant, pour créer un horizon de mémoire vivante ou la sève, l’écorce, les feuilles, les fibres, participent à définir des formes en valorisant cette matière, devenue fragile face aux agressions humaines.

Je trouve en lui des notes caractéristiques, intégrée dans sa substance, lignes, douceurs, rugosités, luminosités, nuances, et tente par mon travail de collages et d’assemblages une composition de métissages graphiques, en partition musicale abstraite et colorée."

N'hésitez pas à venir avec un collectionneur d'art très riche de votre connaissance qui ne sait rien vous refuser. Merci d'avance pour elle.